Une fellation pour savoir si ce sera un bon papa…

Revenons un instant sur cette étude de Jennifer Mascaro parue dans la revue scientifique Proceedings of the National Academy of Sciences, assez cocasse quand on y pense, qui déterminait que les hommes ayant de petits testicules étaient de meilleurs pères –  c’est là !. « De meilleurs pères », rien que ça, ça sonne bizarre. Et nous, on se demande tout de suite, c’est comment des petites testicules, petites par rapport à quoi, quel est le « mètre étalon » – pardon ! – de la petite couille ? Et comment on mesure les choses ? On en détermine la circonférence ou on en apprécie le poids ? Et quand les mesurer ? Pas de réponse.

Faisons appel à une véritable spécialiste. L’ouvrage de Coralie Trinh Tie, Osez… une leçon de fellation, contient de précieux conseils sur le bon usage des testicules. « La méthode la plus sure consiste à les apprivoiser en les ramassant dans le creux de votre paume : vous pouvez les soupeser à pleine main, les pétrir doucement, les soulever en les tirant légèrement vers l’avant – cette légère tension augmente souvent le plaisir ressenti dans la verge.  Evitez de les presser l’une contre l’autre ou de les faire rebondir. » C’est l’occasion idéale pour procéder à votre petite enquête. Pendant une fellation l’homme est détendu et apprécie de toute manière qu’on le caresse à cet endroit précis.

Il comprendra moins pourquoi vous prendrez des notes « après » – poids estimé, circonférence, comparaison avec d’autres sujets observés… Moralité, c’est en suçant les garçons que l’on peut apprendre si ce seront de bons pères de famille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>