i091123shoe[1]

Ejaculation précoce, venez quand vous voulez…

Un belge sur trois souffre d’éjaculation précoce. Ce qui revient sans doute à dire qu’un homme sur trois a quasiment le même problème, le belge ne différant du français que par sa position… de part et d’autre un trait de crayon zigzaguant dans le nord de notre pays et que l’on connaissait naguère sous le nom de frontière. Un sur trois c’est beaucoup. D’autant qu’en conséquence cela veut dire qu’une femme sur trois doit être frustrée.

Un dessin en dit souvent plus qu’un long discours, comme cette image du graphiste Philippe Tastet

un-homme-sur-trois[1]Nous avons consulté Servane Vergy, l’experte du sexe de la collection Osez qui nous a donné quelques méthodes pour venir à bout de ce problème pénible. Elle conseille par exemple aux garçons de s’entrainer à maitriser leur éjaculation en se masturbant fréquemment. « En solo, le monsieur réussira bien mieux son apprentissage et augmentera la durée qui précédera le jaillissement. Point de pression, point de partenaire, il fera une pause dès qu’il sentira la sève affluer. Ensuite, quand le point culminant aura battu en retraite, il reprendra son entraînement. Ainsi de suite, jusqu’à ce qu’il arrive à une durée acceptable (vingt à trente minutes est un bon score ; faute de quoi Monsieur devra vous faire venir auparavant par d’autres procédés). »

Autre méthode le squeezing en anglais « l’action de serrer »…

« Au cours de ses sessions onanistes, votre amant  veillera à enserrer le gland à sa base, entre son pouce et son index, le pouce compressant le frein, durant quelques secondes, au moment où il sentira monter le moment fatidique ! La sensation d’éjaculation imminente devrait s’évaporer, il pourra recommencer son astiquage et réitérer sa compression quand il éprouvera à nouveau cette sensation d’expulsion prochaine. Parfois, les hommes ressentent de meilleurs résultats quand c’est la base de la hampe du pénis qui est enserrée, encore avec le pouce et le majeur, pour fermer le canal de l’urètre… Le squeezing peut être pratiqué également au moment des relations sexuelles : à votre homme de commander son plaisir, c’est-à-dire à se compresser les points stratégiques quand il éprouve la sensation qu’il va éjaculer ou, pourquoi pas, votre aimé/désiré peut vous demander de le faire. »

7[1] Dernière méthode le Stop and go. « Tout le truc consiste à faire des breaks pendant que vous faites l’amour, pour réfréner la force de son excitation, la stabiliser, voire la faire régresser s’il se sent au bord de l’orgasme…. »

Trois méthodes valent mieux qu’une. Elles sont en commun de ne pas gâcher votre plaisir, et même de pouvoir devenir des jeux sexuels à part entière. La masturbation est un exercice solitaire, mais qui peut se pratiquer en présence de sa copine – que ça intéressera évidement. Le squeezing pourrait être pratiquée par madame, qui viendra sur commande enserrer la base du sexe de son amant. Quant au stop and o, cela peut devenir un jeu « ….stop ! », on compte, un, deux, trois… « and go !! » Ce sera peut-être frustrant au début pour devenir très amusant quand vous maitriserez le rythme du jeu.

Pour en savoir plus vous devriez lire évidemment… Osez… devenir une femme multiorgasmique, Servane Vergy

9782842714338[1]

Les nouvelles érotiques du jour…

 La fille à poil pour d’obscures raisons est aujourd’hui actrice dans Plus belle la vie – ho non ! …A moins que ce soit l’une de ses mystérieuses stars du web, comme Emily & Brandon. Et toute une bande de filles à poil pour d’obscures raisons se vautre aujourd’hui contre les poissons. Il y a aussi des garçons, dont Jean-Marc Barr qui baise avec un requin…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>