51g907qTdKL[1]

Hooo ! Nous, les petites anglaises…

C’est une étude intitulée The National Survey of Sexual Attitudes and Lifestyles, à partir de questionnaires  adressés à 15 000 Britanniques toutes les décennies depuis 1990. Du sérieux ! Et qui démontre que les anglaises ne sont plus ces glaçons ou ces petites gourdes que le cinéma français décrivait avec complaisance à l’époque de « A nous les petites anglaises ».

melissa-debling-topless-drapes-herself-in-the-union-jack-for-england-02-435x580[1]

Le magazine scientifique The Lancet a publié des chiffres qui démontrent que les anglaises d’aujourd’hui sont autrement plus délurées que leurs mères, qui avaient pourtant connu les grandes heures du swinging London et de la libération des mœurs.  Et c’est paradoxal, car l’étude montre la baisse du nombre de rapports sexuels par semaine dans les couples hétéros… Ce qui s’améliore en revanche, pour les filles, c’est tout le reste. Le nombre de partenaires augmente de manière considérable, les anglaises d’aujourd’hui en ont deux fois plus qu’il y a vingt ans. « Les femmes âgées de 16-44 ont maintenant une moyenne de 7,7 partenaires contre 3,7 en 1990 ». Tandis que les hommes « indiquent désormais 11,7 partenaires du sexe opposé contre 8,6 citées en 1990. » La progression est plus rapide chez les filles.

128402[1]

Les petites anglaises sont par ailleurs de plus en plus tentées par des aventures homosexuelles. Elles sont 8 % aujourd’hui à l’affirmer, contre 1,8% il y a vingt ans.

Elles sont également plus tolérantes à l’égard du « coup d’un soir », 5,4% se disaient favorables il y a vingt ans au fait d’avoir une activité sexuelle sans engagement, elles sont désormais 13%.

tumblr_mde5wmJRPa1qgee6lo1_500[1]

C’est l’occasion de rappeler que nous y sommes peut-être pour quelque chose, les livres de la collection Osez… étant traduits en anglais, la collection s’appelle là-bas « Dare to… »

b0[1]

Les nouvelles érotiques du jour :

Des soldats anglais se déshabillent pour soutenir le Prince Harry.

article-2411631-1B9E110D000005DC-842_636x445[1]

Encore des « nude calendar », aujourd’hui celui de sportifs d’Oxford. Un autre ? Un autre ! Avec des sportives encore… Ils sont aussi nus, les fat canyoners, que nous ne connaissions mal. Et pour finir Des rameurs et des rameuses

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>