fessee[1]

Le Dico du sexe : F, comme Fessée

Vous découvrirez tous les secrets de la fessée dans le prochain guide « tout Osez… »

Un chapitre complet lui sera consacré. Mais il n’est jamais trop tôt pour s’instruire : Italo Baccardi, auteur d’un guide consacré à cette pratique décrit la meilleure manière de procéder.

spank[1]

« La main est l’instrument noble de la fessée. 80% des « pratiquants » préfèreraient la fessée à main nue. Rien de plus troublant que ce rapprochement intime entre la paume de la main et la chair capiteuse d’un derrière… C’est un contact privilégié, quasi-électrique. Physiologiquement, les mains et les fesses sont deux zones du corps très innervées. C’est pourquoi la fessée manuelle doit être privilégiée dans les jeux intimes… »

tumblr_lhf017XpWo1qgut0ao1_1280[1]

Il poursuit en affirmant :

« Bien fesser est un art : subtil dosage de douleur et de plaisir – un peu de douleur pour beaucoup de plaisir – qu’il faut savoir varier selon chaque partenaire. Le but étant toujours de le conduire à la plus grande volupté. La fessée est le plus sensuel des châtiments corporels. On « donne » une fessée. Sauf exception, la fessée implique un contact charnel entre les deux protagonistes. La position « sur les genoux » favorise une proximité des bas-ventres. En administrant la fessée, vous ressentez à l’unisson les vibrations du corps de l’autre jusqu’au plus profond du vôtre. »

« La claque doit être assénée avec suffisamment de conviction pour provoquer une « résonance » dans le corps du receveur. Elle doit laisser une marque sur la peau, même très légère. C’est l’accumulation des claques qui façonne une vraie fessée. La fessée doit se prolonger, encore et encore, comme le phrasé d’une partition, en incluant des variations dans le rythme, pour dérouter la victime. La chaleur provoquée par les claques sur les fesses de la personne « qui reçoit » remonte jusqu’à son bas-ventre. Le coup porté doit être assez énergique pour provoquer un bruit significatif. On oublie trop souvent l’importance du son dans la fessée. Le derrière « encaisse » la gifle qui résonne dans les chairs… »

Pour en savoir plus, lisez Osez…la fessée d’Italo Baccardi

Le livre est en vente ici !

osez-la-fessee-281[1]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>