osez-la-masturbation-facminine[1]

Osez… les 10 ans. 2008, l’année de la masturbation féminine

pic525287[1]

Que faisions-nous en 2008 ? Mais nous nous branlions ma chère. Mademoiselle Jane Hunt nous donnait des conseils de masturbation féminine. Et nous pensions tout savoir jusqu’à ce que cette gourgandine nous explique comment nous titiller l’abricot en utilisant avec le jet d’eau provenant d’un pommeau de douche…

3d-sex-club-tags-bdsm-comics-48040[1]

« La technique : C’est une technique de stimulation directe du gland du clitoris mais avec un « objet » extérieur, l’eau. L’intérêt de l’eau est son mouvement perpétuel et vibratoire qui peut se comparer à celui d’un gode vibrant. L’eau est d’un contact agréable et très délicat, sa pression reproduit la pression des doigts ou de la main mais encore en plus doux.

Les variantes : On peut doser très précisément la puissance du débit qui donne la pression de l’eau à l’aide du robinet. (Cela donne quelques pistes de méditation psychanalytiques pour celles qui, par cette méthode, ont enfin le contrôle sur le « robinet » pour obtenir leur plaisir.)

On peut aussi agir sur la chaleur ou la froideur de l’eau. Celles qui aiment poser un glaçon sur leur clitoris en savent quelque chose.

Avantages : C’est propre, c’est sûr. C’est utile, puisqu’en même temps on se lave. C’est discret puisque on est enfermée dans la salle de bain et sensée se laver ; personne ne peut se douter, en entendant couler l’eau du robinet, que vous êtes entrain de vous livrer à vos petites folies. Le geste est précis, efficace, sans risque d’échec (pas besoin d’être en forme comme dans la méthode qui consiste à serrer les cuisses).

Inconvénients : Sans eau courante, ou sans pression dans les tuyaux c’est la cata ! Branleuses aquatiques, fuyez les squats insalubres et les bidonvilles de la jouissance. Votre seule alternative devenant alors la poire à lavement laborieusement remplie à l’abreuvoir municipal. Même vivant dans un appartement décent, pour plus de sûreté, épousez un plombier. »

Et voila, il suffisait d’y penser. Merci Jane. La preuve que c’est bon, c’est qu’il y a des lieux où c’est interdit.

interdit-masturber-sous-douche-L-LsyVQJ.jpeg.pagespeed.ce.ZZyNoXTaLM[1]

 

 

Pour en savoir plus vous devriez lire évidemment…

Osez… la masturbation féminine – Jane Hunt

 

Le livre est en vente ici !

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>