infidélité[1]

Infidélité, la France tolérante

« 78% des personnes interrogées sur les six continents considèrent les relations extraconjugales comme « moralement inacceptables ». A cet égard les Français se distinguent particulièrement puisque seule une minorité d’entre eux réprouvent l’adultère (47%). Ce qui ne veut pas dire que la majorité approuve le passage à l’acte puisque pas moins de 40% distinguent le comportement adultère de toute question morale. » Cette information rapportée dans le Nouvel Obs ce matin, est le fruit d’une enquête internationale menée par « le très sérieux « Pew Research Center », un des think tanks les plus influents des Etats-Unis. »

Ça rigole pas…

Une raison supplémentaire de lire Osez… l’infidélité, de Pierre Des Esseintes. Il vous permettra en particulier, avant toute chose, de réfléchir à votre motivation. « Avant de vous lancer dans une relation illégitime, demandez-vous, d’abord, si le jeu en vaut la chandelle. Avez-vous l’énergie nécessaire pour vous engager dans une liaison parallèle ? En avez-vous le temps ? Êtes-vous sûr que cette relation ne mettra pas en danger votre couple ?

Ce que vous recherchez dans cette possible aventure n’est-il pas, avant tout, sexuel ?

Il vous appartient de décider, en fonction des valeurs qui vous sont propres, de ce que vous allez faire de cette nouvelle rencontre. »

 

La nouvelle érotique du jour

 

Bordel à la Suisse…

C’est une histoire de salons de massage en Suisse qui en dit assez long sur le caractère, disons naturel, de la prostitution. Un salon se voit reprocher, non pas d’exister au grand jour, mais d’avoir ajouté « la fellation sans capote » à son guide des prestations…

Vénusia 2

Et comme le monde est petit, il se trouve que le « salon Venusia » au cœur de cette brulante actualité, est aussi le héros d’un livre intitulé Bordel.

Vénusia 1

Le livre aborde en particulier l’aspect financier des choses…

Le Dauphiné Libéré décrivait ainsi les lieux « Le « Venusia« , par exemple, trône au coeur de Genève entre une école élémentaire et un théâtre de marionnettes. Lupanar cosmopolite et multilingue… comme l’Onu, la crémerie d’à côté. Derrière les vitres teintées, ça ne chôme guère : ouvert chaque jour de l’année, 24 heures sur 24 ! Lisa, la patronne, ne regrette pas son passé d’escort girl. Dans son établissement, elle continue d’ailleurs de monnayer ses charmes, au même titre qu’une quarantaine de prostituées « locataires des lieux ». Chacune lui rétrocède environ 30 % de ses gains, au terme d’un « contrat de collaboration ». Le prix du loyer, quoi. »

 

Quant à l’exposition du moment elle se déroule dans les sous-sols de la Tour de Jean sans peur, à Paris, métro Etienne Marcel, et raconte l’histoire de la sexualité au moyen-âge. On y verra entre autre ce petit dessin…

IMG_00000400[1]

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>