frollo[1]

La cigarette après l’amour

9782258108523FS[1]

 

Au temps béni de la clope au bec, un ouvrage consacré à l’époque aujourd’hui révolue de la tabagie universelle nous rappelle que naguère – il y a encore 10 ou 15 ans – la « femme qui fume » était un personnage terriblement érotisé.

PINUP199[1]

« Le garçon sexy savait fumer avec élégance. La femme sexy savait fumer voluptueusement. Dans son essai de psychologie du fumeur, publié par Flammes & Fumées, A.de Peretti ne tourne pas autour du port « Quand seuls les hommes fumaient, l’usage du tabac pouvait symboliser la virilité. Dès lors que les femmes ont accédé à cet usage c’est plus généralement la capacité, la puissance sexuelle libre, qu’elles soient féminines ou masculines, qui sont évoquées par les relations au tabac ». Il ajoute non sans grivoiserie « La cigarette prend sa forme dans le « paquet » et le chevelu du paquet (le tabac des cigarettes sans filtres visibles quand le paquet est ouvert) évoque aussi la force secrète des systèmes pileux, propres aux deux sexes, cependant que la chaleur et les émois vasculaires témoignent des « feux » de l’amour. Aussi le tabac, à défaut de passage à l’acte peut –il être utilisé comme un substitut symbolique de l’échange amoureux ». Symbolique ! Eh bien !

La cigarette est une métaphore de l’organe sexuel masculin, sa forme longiligne, son rougeoiement ne méritent aucun commentaires supplémentaires, on aura compris. C’est de surcroît un objet phallique que l’on porte à la bouche. Le garçon qui joue avec sa cigarette, l’exhibe, la tient bien fermement, démontre par avance « qu’il en a » et qu’il saura s’en servir, et la fille… ben la fille aussi… Naguère, chers lecteurs non fumeurs, on ne s’embarrassait pas de complication avec la symbolique érotique des objets de la vie quotidienne. Il est vrai que bon nombre de métaphores ou de termes argotiques désignant en particulier la fellation puisent dans le vocabulaire du tabac ou des manières de le consommer, le blow job, la pipe, le calumet que l’on fume… »

7180ceaa3e8815b39db3cc3893be2f83[1]

Oui mais, depuis…

Depuis on a pu lire ça dans la presse féminine, (ELLE.fr en 2011) : « Selon une étude menée par des chercheurs américains et publiée dans le « British Journal of Urology International », les hommes qui arrêtent  la cigarette voient tout de suite leurs performances sexuelles s’améliorer. Trois volontaires sur quatre qui affirmaient avoir des problèmes d’érection avant l’expérience déclarent ne plus en avoir avec l’arrêt du tabac. La nicotine agit en effet sur le système cardiovasculaire et empêche une bonne vascularisation, notamment dans le sexe masculin.

Selon Le Figaro, les scientifiques ont recruté pour cette étude 65 volontaires dont 20% avaient avoué avoir des problèmes d’impuissance. Ils ont été soumis à un programme de sevrage de huit semaines avec des patchs à la nicotine. Au terme de l’étude, seuls 20 participants n’avaient pas rallumé une seule cigarette, alors que les 45 autres avaient recommencé à fumer. Dès qu’ils ont retiré leurs patch à la nicotine, ces vingt volontaires ont pu constater des progrès sur l’importance de leur érection, ils sont par ailleurs excités. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>