tumblr_n4q9qv8daC1qfbon7o1_500[1]

On ne choisit pas son amant ou sa maîtresse…

infidélité[1]

 

On pourrait croire que n’importe qui peut devenir un partenaire sexuel et vous entrainer sur les voies douloureuses de l’adultère. Eh bien non ! Pierre Des Esseintes est formel dans son guide « Osez… l’infidélité ». (aux éditions de la Musardine, en vente par exemple ici)

« Évitez d’entretenir une liaison avec un(e) voisin(e). Vous n’imaginez pas le nombre de blaireaux qui ne trouvent rien de mieux à faire que d’épier les allées et venues des uns et des autres derrière leurs fenêtres. Ces mêmes blaireaux n’ont pas leur pareil pour diffuser des informations qui ne manqueront pas d’arriver rapidement aux oreilles de votre officiel(le) ! N’oubliez jamais cette règle d’or : l’infidélité, ce n’est que du plaisir. Réfléchissez toujours avant d’agir, et souvenez-vous que l’infidélité doit améliorer votre vie, et non être une source continuelle de problèmes. »

blonde-trompee_1[1]

Un site de rencontre voué à l’adultère donne de précieux conseils aux hommes et aux femmes trompés. Il ne faut pas chercher très loin pour trouver le coupable : « Dans la plupart des cas (54%), on connaît déjà l’amant ou la maîtresse de son/sa partenaire. Selon une enquête menée auprès de 3.806 personnes infidèles, inscrites au site de rencontres extraconjugales Gleeden, 36% des adultères ont lieu avec un ami ou une amie. Dans 29% des cas, c’est un ex qui a refait surface. Le troisième profil le plus répandu est celui du collègue ou de la collègue de travail (17%). Dans un cas sur dix, ce serait une personne du voisinage qui partage le lit de votre partenaire volage. »

 

Les nouvelles érotiques du jour…

sefiso 1

Que font ces jeunes filles belges ?

 

Elles votent. Elles sont victimes de la mode des selfisoloirs. Les selfisoloirs, ce sont donc des selfies (photo de soi) prises depuis l’isoloir. Ce qui nous permet de voir à quoi ressemblent les machines à voter belges qui remplacent nos urnes et nos enveloppes, et de constater qu’en Belgique voter n’est pas forcément une punition.

sefiso 2

Lu dans le Monde, 50 nuances de Grey coupable de la recrudescence des MST en Grande-Bretagne : « Au Royaume-Uni, le roman érotique aux accents sado-masochistes Cinquante nuances de Grey encourage les plus de 45 ans à adopter des pratiques sexuelles plus aventureuses, sans pour autant penser à se protéger (…), il existe un lien entre l’augmentation du nombre de maladies sexuellement transmissibles (MST) chez les plus de 45 ans et le succès de la trilogie, souvent qualifiée de « porno-soft » pour « ménagères ». « Lorsque l’on parle de l’oubli de se protéger, on pense toujours à la vulnérabilité des jeunes, mais l’effet Cinquante nuances de Grey amène les personnes plus âgées à être plus exploratrices sans pour autant se rappeler de mettre un préservatif », explique le docteur Charlotte Jones, présidente du comité des médecins généralistes de l’Association des médecins britanniques, citée par le Daily Mail. »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>