Les trucs anti-trac de Michèle Larue

L’ouvrage de Michèle Larue, Osez… booster votre libido contient un grand nombre de conseil pour mieux faire l’amour, mais également des conseils pour séduire en faisant abstraction de vos complexes. Vous n’êtes pas parfait, soit ! Mais rien ne vous empêche de surmonter votre trac, voici d’ailleurs quelques-uns des trucs anti-trac de Michèle.

 

Vous transpirez dans ces circonstances. Hélas, personne ne va vous tenir un ventilateur ou un séchoir sous les aisselles comme aux présentateurs de la télé. Avalez une petite cuillère de sel dans très peu d’eau avant le rendez-vous ou l’abordage. Ne buvez de l’eau que plus tard, quand vous serez seul(e). S’il fait très chaud, évitez de boire : car l’’eau fait transpirer lorsque la température dépasse 27 ou 28 degrés.

Vous avez la bouche sèche. Si vous n’avez pas de citron à votre disposition pour mordre dedans (au buffet s’il s’agit d’un cocktail, dans la cuisine de vos amis ou dans votre verre de Perrier rondelle), imaginez quelque chose qui vous fait saliver, citron, chocolat, glace. Pensez-y régulièrement pendant la conversation.

Vous rougissez. « Tiens, vous me faites rougir ! » C’est la phrase que vous lancerez si la timidité vous fait virer au rouge pivoine pendant la conversation. Vous pouvez aussi prétexter la chaleur, ou faire comme si de rien n’était. Pour combattre la timidité, rien ne vaut l’aisance qu’on acquiert quand :

  • On répète une rencontre comme un acteur.
  • On se dit qu’on n’a vraiment rien à perdre. Après tout, comme l’appétit vient en mangeant, l’expérience vient en pratiquant.
  • On se donne des défis comme « dans 5 minutes, je vais lui dire bonjour. »

Les nouvelles érotiques du jour

La comédienne Louise Bourgoin revient à ses premières amours, elle a fait les beaux-arts, en dessinant de bien belles images érotiques pour des collections de vaisselles, de tissus et de tapisseries pour la maison Pierre Frey.

« Cette collection, entièrement noire et blanche est composée de trois imprimés sur lin, un imprimé sur voile de coton, un papier peint, trois tapis ainsi que des assiettes et plats en céramique en série limitée à 8 exemplaires par modèle. » Autant dire que ce sera cher…

pierre-frey-Bourgoin-0[1]

 

 

Ha et puis il y a des robes de mariée qui laisse deviner les goûts érotiques du marié et les atouts de la mariée pour les satisfaire.

1851675328_B973715443Z.1_20141003124803_000_G2Q382GLT.1-0[1]

Une fois n’est pas coutume, lisons un extrait de la recension du livre de Geneviève Fraisse, Les excès du genre. Concept, image, nudité, sur le site Lectures.org par l’universitaire Clémence Perronnet.

Cela concerne les Femen : « Geneviève Fraisse « propose […] de questionner l’image du corps dénudé comme langage de l’émancipation » (…) Les Femen, dénudent publiquement leur corps et adressent à ceux qui les regardent des messages écrits à même leur peau, ce qui rendrait leur stratégie innovante et plus efficace que celle de La Barbe. Geneviève Fraisse replace ensuite les Femen dans une perspective plus large en s’intéressant au lien philosophique et esthétique entre nudité féminine et vérité. Son analyse insiste sur le fait qu’être propriétaire de leur corps doit permettre aux femmes d’en faire tous les usages possibles, et que l’objectif de l’ouvrage n’est pas de trancher sur ce qui relève du bon ou du mauvais usage. Il s’agit au contraire de montrer que les Femen agissent à travers leur image et subvertissent le statut d’objet du corps féminin, devenant ainsi sujets d’émancipation. Dans l’épilogue, l’auteure revient sur le terme « excès », en soulignant que les polémiques autour du genre et du sexe ne sont « ni guerre ni paix », et qu’il faut simplement penser ces notions en débordant des cadres établis. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *