Osez… regarder l’intérieur du sexe des femmes

L’exposition consacrée au photographe Nobuyoshi Araki qui se déroule actuellement au Musée Guimet a inspiré quelques réflexions sulfureuses et passionnantes à la critique d’art Carine Dolek – publiées dans le n° de juin 2016 de la revue Réponses Photo. Elle évoque l’invisibilité du sexe féminin, dans l’art comme dans la vraie vie, dissimulé à l’intérieur, quasiment invisible de l’extérieur à moins de se livrer à des contorsion… Et puis Araki vint…

« Le sexe féminin, écrit-elle, la génitalité féminine, Araki, qui photographie comme il respire, monstrueusement productif, monstrueusement vivant , jouissant d’une liberté toute nietzschéenne, l’a simplement sorti de l’ombre pour lui donner droit de cité, qu’on puisse le voir comme un compteur à gaz, de la nourriture, un chat mort, une voiture, des fleurs… »

Araki montre le sexe féminin, béant, offert, comme un élément du paysage, ni plus ni moins important que chaque autre centimètre de la peau de ses modèles.

 

Les nouvelles érotiques de la journée

4923331_3_d1bb_des-manifestantes-devant-les-congres-au_60e65f95170d3f94c0b6de929fcf77af

La nudité féminine n’est pas forcément l’objet des travaux et des réflexions d’un artiste. Elle peut aussi devenir porteuse d’un message revendicatif, à la mode Femen. Et en l’occurrence il y a urgence, le nouveau pouvoir péruvien veut revenir en arrière en rendant presque impossible d’avorter. Des femmes courageuses ont affronté la police, presque nues, fragiles et fortes. Vive les femmes !

13177791_1360674653948694_5878308703841549335_n

Et puis que faire au début du mois de juin ? Rien ! se déshabiller, c’est tout. A poil !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *