1481721524547

Osez… l’exhibition artistique

 

 

L’artiste luxembourgeoise Déborah de Robertis poursuive par le tribunal correctionnel pour exhibition sexuelle, a été relaxée le 1er février 2017. La présidente du tribunal correctionnel de Paris a jugé, « qu’en l’état actuel des mœurs en France […], le geste de l’artiste n’était pas constitutif d’une exhibition » et qu’il n’y avait « simplement pas d’éléments suffisant pour caractériser l’exhibition ».

Rappelons que Déborah était jugée pour avoir posée jambes écartées devant le tableau l’Origine du monde, de Gustave Courbet en reproduisant ce qu’il représentait, un sexe féminin. Elle avait récidivé en apparaissant portant une perruque blonde, les seins nus et le pubis décoré d’un frondaison pubienne factice au Musée des arts décoratifs de Paris lors d’une exposition consacrée à la poupée Barbie.

sans-titre

À l’annonce du verdict Déborah a affirmé. « Pour moi c’est très bien puisque je prépare une série de performances dans d’autres musées ». Selon elle, la décision du tribunal « replace (son) travail là où il doit être, dans l’art ».

Tout cela nous rappelle furieusement les happenings de Jean-Jacques Lebel durant les années

Dont le livre de Marc Lemonier, Liberté, égalité, sexualité fait le récit détaillé.

 

La nouvelle érotique du jour…

IMG_0733

Et voici les nouveaux Osez… Dans leur nouvelle robe de bal, une maquette de couverture rénovée, mettant en valeur les dessins d’Arthur de Pins et Happy Chikubi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>